La technologie InCORPUS vue par sa co-fondatrice Laurence Besse

En 2016, la start up Suisse be.care S.A voit le jour. Des experts en sciences du Sport et de la Performance, en physiologie cardiaque et traitement des signaux biomédicaux se tournent vers la médecine de performance.

La technologie InCORPUS® est développée pour évaluer la condition physiologique à partir d’une analyse de la Variabilité de la Fréquence Cardiaque (VFC). Nous nous sommes entretenu avec Laurence Besse, la co-fondatrice de la start up.

L’ancienne alpiniste nous livre son point de vue sur cet outil. Nous vous proposons une série d’articles sur la technologie InCORPUS® vue par sa co-fondatrice puis par ses ambassadeurs.

La start up be.care S.A et son environnement

Avant de se pencher sur l’outil InCORPUS®, il semble important de faire un point sur l’histoire de cette jeune start up pleine d’ambition. Bien que lancée en 2016, “la belle aventure” comme le décrit Laurence Besse commence vingt années plus tôt. Des scientifiques travaillent depuis longtemps sur la VFC, vient alors l’idée d’industrialiser la méthode et de regrouper les savoirs de chacun afin d’offrir au plus grand nombre un outil d’accompagnement.

Emmanuel Cauchy et Laurence Besse, deux passionnés de la montagne lancent alors be.care S.A. Ils sont depuis accompagnés par des scientifiques de renom comme Laurent Schmitt, Grégoire Millet, Nicolas Bourdillon, Sasan Yazdani, Astrid Stuckelberger et François Cerruti. Au total, c’est une équipe de 12 personnes qui travaillent main dans la main pour façonner la technologie de demain.

 

InCORPUS® et son développement

Venons-en à InCORPUS®. Mis en place dans le quotidien de sportifs Elite en premier lieu, la technologie s’avère être destinée au plus grand nombre comme l’explique Laurence Besse, “l‘idéale à très long terme serait un développement en B to C (Business to Consumer) alors qu’aujourd’hui nous sommes en B to B avec un intermédiaire (coach)”.

En effet, l’envie de développer l’application à un plus grand public nécessitera du temps et de l’argent, mais les bénéfices sont certains assurent la co-fondatrice. « L‘application permet d’avoir un reflet exact de notre système nerveux et il permet surtout d’être acteur et responsable. »

Les bienfaits d’utilisation semblent nombreux et l’utilité non négligeable pour un athlète en vue d’une performance de haut niveau, mais qu’en est-il pour des athlètes amateurs ou des enfants ? La question se pose. En plus de cela, de nombreuses applications proposent depuis des années des analyses de la VFC alors pourquoi se pencher sur InCOPRUS® plutôt qu’une autre ? Après quelques recherches sur le sujet et après avoir échangé avec plusieurs utilisateurs de cette formule la réponse apparaît évidente.

InCORPUS® va plus loin que les autres applications, c’est le seul système qui va aussi loin dans le détail en apportant une précision importante. Ce qui semble assez incroyable c’est que cette application est capable en quelques minutes à peine de donner à un athlète son état de forme physiologique à un instant donné.

Via un simple test, InCORPUS® est capable d’identifier 8 profils d’énergie dont 3 de pleine forme et 5 de fatigue. A travers un test hebdomadaire, l’application sera à même de mesurer le niveau énergétique du corps et donc permettra à l’utilisateur de s’adapter en conséquence que ce soit en charge de travail ou émotionnelle. Car oui, les charges émotionnelles sont souvent impossibles à déterminer tant la complexité d’analyse est présente.

C’est pourquoi InCORPUS® intervient en qualité d’accompagnement et non de remplacement comme nous l’indique Laurence Besse, “le feeling reste prioritaire mais les sensations peuvent parfois être mal interprétées“.

Les ambassadeurs

Concernant les ambassadeurs, le choix s’est fait de manière à rassembler un panel le plus large possible avec des hommes et des femmes qui connaissent la technologie. De nombreux athlètes l’ont incorporée afin de gérer les niveaux d’énergie pouvant varier durant l’effort comme ce peut être le cas sur un trail de longue distance.

Laurence Besse nous assure que des retours “très positifs” ont déjà été annoncées par de nombreux athlètes visant les Jeux Olympiques de Tokyo.

L’objectif est maintenant de se tourner vers l’intégration de l’outil InCORPUS® au sein du handisport et de sports collectifs où l’intensité des sportifs est générée de manière permanente sur une durée plus ou moins longue.

Le monde de demain s’ouvre sur de nouvelles perspectives d’accompagnements et l’application InCORPUS® en fait partie. Une technologie souvent difficile à comprendre car les effets sont internes et propres à chacun. Quoi qu’il en soit, je vous invite à en savoir plus sur cet outil en vous rendant sur le site https://www.in-corpus.com/

Outdoor And News remercie chaleureusement Laurence Besse, co-fondatrice de la start up be.care S.A pour nous avoir accordé cet entretien. Dans le prochain article consacré à InCORPUS® nous retrouverons Marie-Laure Brunet, double médaillée Olympique de biathlon.

 

Crédit photos : be.care S.A

Rédaction : Julien FRENOY

 

Vous souhaitez découvrir d’autres acteurs du monde outdoor ? Consultez la rubrique « À la rencontre de ».

Pour suivre toute l’actualité d’Outdoor and News en direct : rejoignez-nous sur Facebook et Instagram.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *