Histoire(s) du trail, par Rémy Jégard : petites histoires et grands coureurs

Histoire(s) du trail, de Rémy Jégard, journaliste sportif et coureur de renom, vient de paraître. Une belle écriture fluide, des portraits de coureurs et de courses, et, surtout, beaucoup d’anecdotes… un régal en attendant la reprise !

Histoire(s) du trail Rémy Jégard
Histoire(s) du trail Rémy Jégard

Rémy Jégard, journaliste…

Rémy Jégard, journaliste sportif, est le créateur de Running Mag magazine et du site web du même nom. Il a contracté le virus du dossard en même temps que le syndrome de l’anecdote, après avoir suivi, presque par hasard, la Marche des Cimes, alias le Grand Raid de la Réunion, à la fin des années 1980. Il n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai : en 2011 et 2014, il publiait deux tomes intitulés  Courses à pied et courtes pensées, réunissant éditos et billets plus personnels.

Remy Jégard Course à pied et courtes pensées

… Mais aussi coureur

Coureur de renom, organisateur de la Teulatoise, course nature près de Toulouse et initiateur du Grand Défi des Vosges, Rémy est particulièrement bien placé pour nous raconter petites histoires et grands moments de la course à pied, car habitué de la scène et de ses coulisses. Son palmarès est conséquent : victorieux du Semi-Raid de la Réunion, de l’Euskal Trail, du challenge des trails du Sud-Ouest, 8e sur les Templiers et à l’Aubrac. Il est aussi l’un des rares Français à avoir effectué un tour de la mythique Barcley aux États-Unis, course particulièrement éprouvante qui, cette année encore, a laissé tous les participants sur le carreau.

Histoire(s) du trail Rémy Jégard
Backyard Rémy Jégard

La Big Dog’s Backyard Ultra

J’ai eu la chance de suivre sa performance lors de la Big Dog’s Backyard Ultra, épreuve du Championnat du monde de Backyard qui a pu se tenir à Saint-Laurent-du-Pont. Rémy s’était engagé sans préparation spécifique, saisissant l’occasion de mettre enfin un dossard entre deux périodes de restrictions sanitaires. Il y a trouvé son compte, en termes d’effort, d’ambiance et de rencontres. Présente, j’ai pu admirer sa tranquillité, en pause comme en course, et sa grande régularité. Il n’a lâché qu’après 26 h de compétition et 174,356 km.

Une « Histoire(s) du trail » deux en un

Au fil des pages, Rémy nous donne rendez-vous avec les championnes et champions incontournables de la discipline, et arpente l’Histoire des plus grandes courses, de leurs prémices à aujourd’hui. Son ouvrage, pensé depuis longtemps, a pu voir le jour « grâce » à la Covid qui lui en a donné le temps (peut-être m’en voudra-t-il d’utiliser ce terme plutôt qu’à « cause de », car l’ambiance des courses lui manque, et qui le suit sur Facebook en sait quelque chose). Il s’est attelé à la tâche en s’astreignant à une véritable discipline d’écrivain.

Histoire(s) du trail Rémy Jégard
Rémy Jégard

Histoire(s) de coureurs

Nous apprenons au fil des pages – une double page par coureur – ce qui a conduit Laurence Klein à passer de la piste au sentier, comment les Bretons trouvent le dénivelé nécessaire à l’entraînement, que le hasard mène parfois au podium. Chacun nous livre ses instants de doute, ses victoires, ses lignes d’arrivée franchies main dans la main ou ses moments de solitude et ses abandons. De l’amitié et de la solidarité bien plus que des triomphes.

Originalité, personnalité, forces et fragilités de tous se révèlent en filigrane. J’en apprends davantage sur les motivations et les succès de mon amie Alexandra Rousset. Je m’amuse d’un Michel Rabat, coureur élite et agriculteur qui débarque « sur une épreuve avec ses cagettes de fruits et de légumes, avec ses cartons et bouteilles de vin et de jus de fruits pour en faire la vente lors de la distribution des dossards. », et d’une Corine Fabre victime d’hallucinations qui voit défiler devant elle « morceaux de poulet » et « portions de frites » lors du Marathon des Sables.

Histoire(s) du trail Rémy Jégard

L’anecdote n’est-elle pas le petit plus du compte-rendu sportif, qui captive bien davantage que l’inventaire des performances ? L’anecdote donne saveur à la lecture, vie au récit. 

Histoire(s) d’organisateurs

Dans la deuxième partie du livre, nous entrons davantage dans l’Histoire du trail, de ses origines séculaires – où il est question de guides qui se mesurent dans les pentes au tout début du siècle, et de porteurs de glace pyrénéens – jusqu’aux épreuves ultramédiatisées, en passant par les îles de l’Atlantique. Rémy donne la parole aux organisateurs.

Nous redécouvrons – ou découvrons – que le trail fut une véritable aventure : distances, dénivelés et parcours approximatifs, ravitaillements aléatoires, technicité du matériel inexistante, loin du marketing, des tirages au sort, des montres connectées et de Strava. Une époque où il n’y avait pas de balisage sur la 6000 D, où un organisateur – Rémy en l’occurrence – pouvait passer la nuit au milieu des caisses de soda prévu pour l’approvisionnement, afin de s’assurer qu’aucun cambrioleur ne viendrait en priver les coureurs.

Histoire(s) du trail Rémy Jégard

Tout ce qui nous manque

L’ouvrage traite également des coulisses et du décor : journalistes, photographes, traceurs, entraîneurs, speakers, premières teams, chacun de ceux qui rendent les courses possibles par leur travail nous livrent quelques pensées. Il est aussi question de gadoue, de pluie, de la ligne d’arrivée, de moustaches et de sourires victorieux.

Bref, des anecdotes et de l’émotion… tout ce qui nous manque depuis mars 2020.

Histoire(s) du trail Rémy Jégard
Sandra Martin

Histoire(s) du trail : à lire sans modération

Histoire(s) de trail peut se lire d’une traite, ou se déguster une histoire après l’autre. Rémy s’intéresse vraiment aux coureurs, à ce qui les anime. Loin des chiffres et du catalogue, il s’attarde sur l’humain, avec ses petits échecs et ses grands moments de joie. Les difficultés rencontrées par chacun, leurs victoires sur eux-mêmes nous rendent compte d’un sport vivant, pratiqué par des athlètes finalement proches de nous.

Rémy Jégard

Un homme en attente

Rémy, en manque de course, est aujourd’hui un homme en attente. Courir, m’a-t-il expliqué, tout le monde peut le faire, n’importe quand, la Covid n’est pas un obstacle, les off avec les amis restent de merveilleux moments. Mais une course, c’est bien plus : c’est la volonté de faire vivre et de rendre visible son amour pour un territoire, de mettre en avant une économie locale, c’est aller au-delà de ce que l’on fait d’habitude, c’est rencontrer les autres.

Je lui souhaite de tout cœur de repartir au plus vite sur les sentiers, glaner de nouvelles anecdotes à nous partager.

Rédaction : Anne Gouezin (La Plume d’Anne)

Photos : la dépêche.fr/ U-run.fr/ le dauphiné.com/ Jogphoto33.net

Pour d’autres rencontres avec des sportifs incroyables, lire les rencontres d’Outdoor and News.

Et pour suivre l’actualité d’OAN, abonnez-vous à nos pages Facebook et Instagram !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *