2×1ère à l’Eiger Trail et 3ème à la TDS, itw de Katrin Götz, femme d’exception dont il faudra retenir le nom !

Bonjour Kathrin Götz, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis mère de trois filles, coureuse de trail et je viens de terminer mon deuxième diplôme de baccalauréat en nutrition et diététique. Avant cela, j’étais professeur. J’aime bouger à l’extérieur, de préférence dans les montagnes.

As-tu un rituel de course ?

Je ne suis pas très enthousiaste à propos des rituels, parce que je veux être flexible et ne pas m’accrocher à quelque chose de fixe. Cela me permet de faire face plus facilement aux événements imprévus.

Ton plus gros défaut ?

Je prévois souvent trop peu de temps pour la régénération, et mon corps réagit par un “arrêt”!

Ta plus forte qualité ?

Je crois que je peux réagir avec beaucoup de souplesse à des choses imprévisibles. J’essaie toujours d’en tirer le meilleur parti et de ne pas m’énerver pour des choses que je ne peux pas changer. J’essaie de me concentrer sur les domaines où je peux faire la différence moi-même.

Ton meilleur souvenir ?

J’ai beaucoup de merveilleux souvenirs: les émotions à l’arrivée sont toujours très spéciales. Je suis toujours plus heureuse  quand mes trois enfants peuvent être là. L’année dernière, par exemple, à l’Eiger Ultra Trail : la télévision était encore là et j’ai pu courir avec mes trois filles les derniers mètres jusqu’à la ligne d’arrivée pour ma deuxième victoire. C’était aussi très spécial parce que c’était en Suisse et que je connaissais beaucoup de monde.

Ta course rêvée ?

Il y a encore beaucoup à découvrir : cette année, j’attendais surtout l’Ultra Trail de Madère, mais il a malheureusement été annulé. La Diagonale des Fous serait également très bien, mais l’UTMB a aussi un charme particulier. Il y aura probablement beaucoup d’autres compétitions merveilleuses. J’aurais été curieuse de connaître le Volvic Volcano Experience Ultra Trail…

Comment et pourquoi passe-t’on de l’Ironman à l’ultra-trail ?

C’était surtout pour des raisons pratiques : courir est beaucoup moins fatigant et je peux m’entraîner n’importe où et n’importe quand. C’était particulièrement important quand mes enfants étaient très jeunes. L’amour de la montagne était déjà là quand j’étais enfant. Par hasard, je suis arrivée une fois à prendre un dossard pour le marathon de la Jungfrau, puis le feu pour la course en montagne s’est allumé et j’ai lentement augmenté les distances. J’ai couru mon premier Ultra Trail en 2016 (Eiger Ultra Trail).

L’entraînement croisé est-il recommandé voire nécessaire pour performer ou par manque de temps, peut-on se contenter de sorties longues et de fractionné ?

Je pense que c’est très individuel. Je m’entraîne très souvent sur le vélo de route ou, en hiver, sur rollers en salle (indoor cycling). Pendant la semaine, je n’ai pas le temps pour de très longues sorties et je les divise souvent en sessions plus courtes mais plus intensives. Normalement, je fais 2 ou 3 entraînements par intervalles de durées différentes. Les week-end, je cours au maximum 4 heures d’affilée. Le temps de régénération n’est donc pas si long et je peux courir à nouveau plus tôt.

 

Raconte-nous comment tu as intégré l’équipe d’athlètes internationale de Compressport

Grâce à divers contacts, j’ai fait la connaissance de quelqu’un qui travaille pour Compressport Suisse. J’ai donc pu bénéficier au début de prix d’équipement réduits. Mes bonnes performances ont été récompensées l’année suivante par l’équipement complet. En 2018, j’ai commencé pour la première fois à la TDS (au sein de l’UTMB) et j’ai été recommandée pour l’équipe internationale. L’année suivante, j’y ai été acceptée. Je fais donc maintenant partie de l’équipe internationale de Compressport pour la deuxième année.

Qu’est-ce que le fait de faire partie d’une équipe t’apporte au quotidien ?

Le soutien de l’équipe est grand. Au moins une fois par semaine, il y a un contact par chat ou appel vidéo. Pour les questions sur les produits, il y a toujours quelqu’un qui est prêt à vous aider. Si je veux prendre le départ d’une course, il y a certainement quelqu’un qui peut m’arranger des contacts. Je suis très heureuse et fière de faire partie de cette équipe.

Comment utilises-tu les produits Compressport (pendant et après la course) et qu’est-ce qu’ils t’apportent?

Pendant la course, je porte toujours le short de compression de trail et les chaussettes complètes (jusqu’aux genoux) – full socks. La compression du matériau permet d’éviter les plus petites blessures musculaires causées par les vibrations. De cette façon, mes muscles restent puissants plus longtemps. Après la course, je mets la compression complète de la jambe dès que possible (full leg compression). La compression contribue ici à augmenter la teneur en oxygène des muscles, car tout est bien approvisionné en sang. De cette façon, la régénération progresse plus rapidement. J’ai aussi beaucoup moins mal le lendemain d’un Ultra Trail.

Tu as brillé en 2019, avec notamment une deuxième victoire sur l’Eiger Ultra Trail, et une 3ème place à la TDS… qui a été pour toi “la plus difficile”: dis-nous en plus !

Eiger Ultra Trail : c’était super sympa de gagner cette course pour la deuxième fois. Je me sentais bien au départ et au début de la course et en peu de temps, j’avais un gros avantage sur les dames suivantes. Mais après environ 40 km, j’ai eu la malchance de m’écraser sur le genou et j’ai cru ne plus pouvoir continuer. Ça a fait un mal de chien. Mais comme j’avais une si grande avance, j’ai essayé de m’en sortir. Le genou est devenu de plus en plus épais et à la fin, je ne pouvais plus guère marcher. Mais j’ai pu “sauver” la victoire, même si j’avais perdu beaucoup de temps 😉

 

Mon erreur : j’avais clairement mal et trop peu mangé pendant les 100 premiers kilomètres. Cela m’agace encore aujourd’hui : j’aurais dû faire un plan quand je mange quoi. Mais j’avais en partie simplement oublié de prendre quelque chose.

A l’arrivée, je me suis effondrée sur la ligne d’arrivée et j’ai dû être transportée. C’était une fin un peu triste pour une si grande course. Je n’ai jamais été sur la route depuis aussi longtemps… Mais : j’ai beaucoup appris de cette compétition (et j’ai quand même fini troisième).

En plus : il’y avait aussi Lavaredo Ultra Trail où j’ai remporté aussi une victoire. C’était aussi une course magnifique – mais malheureusement j’ai souffert de grosses ampoules aux pieds pendant 60 km… J’ai donc perdu beaucoup de temps là aussi.

La course parfaite viendra encore, espérons-le !

Cette année, comment t’es-tu entraînée pendant le confinement ?

Heureusement, j’habite en Suisse, où les restrictions n’étaient pas aussi strictes qu’en France. J’ai donc pu m’entraîner beaucoup et bien pendant cette période. Ce qui était très épuisant pour moi: je dois travailler pour l’hôpital en “Home-Office” et en plus je dois m’occuper de mes trois enfants dans l’enseignement à domicile (homeschooling). Cela n’a pas toujours été facile – mais à part cela, peu de choses ont changé depuis. J’ai été un peu déçue que toutes les courses aient été annulées. Participer à une course virtuelle ne me plaît pas du tout et ne remplace pas les émotions d’un ultra-trail. Je me suis donc entraînée un peu plus pour moi-même 😉

Comment vas-tu préparer tes objectifs principaux ? S’agit-il toujours de l’UTMB.

Pendant que j’écris ça, l’UTMB est annulé aussi… Je ne sais même pas s’il y a encore une compétition cette année. Je n’ai pas fait beaucoup d’unités très intensives jusqu’à présent, afin de ne pas surcharger mon corps. Dès que je saurai si et quand une autre competition aura lieu, je me préparerai spécifiquement. J’ai eu beaucoup de temps pour m’entraîner avec le vélo de route, que j’aime aussi beaucoup.

Pour finir, Kathrin, qu’est-ce qui te fait courir et te donne un si généreux sourire? Le plaisir des sentiers et des sensations ressenties? La volonté de se dépasser, soi -même, à la recherche de ses limites, encore davantage que battre les adversaires?

J’aime avant tout être en plein air dans la nature, de préférence en montagne. Quand je cours pour moi-même et que je découvre de nouveaux et beaux sentiers, cela me rend vraiment heureuse. J’aime ce sentiment, c’est la liberté pour moi! Bien sûr, je suis également fière de moi lorsque je crée quelque chose que je n’aurais pas cru possible. Mais cela peut aussi être le cas lorsque je planifie une tournée et qu’elle s’avère beaucoup plus longue que ce que je pensais. Soudain, je sens la quantité d’énergie qu’il me reste dans mon corps et je suis toujours surprise et enthousiaste de ce dont le corps est capable.

Rédaction et interview : Alexis CHOUCROUN

Crédit photos : FB de KATHRIN 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *