Sélectionner une page

Et si on partait à la découverte d’une sportive gourmande ?

MAUDE MATHYS en PORTRAIT 

Profession : sportive d’élite en course à pied (formation d’infirmière)
Âge  : 32 ans
En course :
Un rituel  : pas de rituel, sauf toujours le même échauffement (footing, un peu d’école de course et 4-5 accélérations)
Une qualité : ma force en montée
Un défaut :  de la peine à visualiser le bon tracé en descente
Ton meilleur souvenir  : difficile de choisir… mais ce qui m’a marqué est mon premier titre de championne d’Europe car je ne m’y attendais pas du tout et c’est le début de mes belles années ! 
Ton pire cauchemar  :  me faire passer par la 2e, juste avant la ligne d’arrivée et me blesser juste avant de gros objectifs.
Ta course rêvée ?  Celle où on se sent bien, légère et qu’on sent qu’on a encore de l’énergie jusqu’à la fin, et qu’on entend souffrir les autres !
Un objet indispensable dans ton sac ? euh…. peut être la carte d’identité pour un éventuel contrôle antidopage ! hihihi
Tes shoes préférées ? Là aussi, pas de préférence car cela dépend du terrain, des conditions météos mais j’ai fait 95% de mes compétitions cette année avec une chaussure personnelle qui n’existe pas car c’est un mixte entre 2 chaussures.

 

Sonnez à la porte de Maude, et déjà son sourire à l’entrée vous emmène directement dans un échange chaleureux. Elle vous accueille comme si vous faisiez partie de la famille, en claquant les 3 bises et vous mettant à l’aise. 

Une prise d’interview devient une balade familiale dans les vignes avec son fils fraîchement réveillé de sa sieste. Notre hantise ? Ne pas pouvoir la suivre même en marchant, à côté d’elle,  poussant la poussette ! 

 

Depuis quand fais-tu de la course à pied ou d’autres sports ? 

Et oui, quand tu rencontres Maude Mathys pour la première fois, tu as plusieurs solutions :

– tu fouilles sur internet pour voir et scruter son palmarès,

– tu fouilles dans ta mémoire et sur fb aussi

– tu te dis que tu vas faire comme si tu ne la connaissais pas (ce qui est le cas) et que forcément tu vas poser des questions bêtes ou que la pauvre a déjà eu droit 1000 fois

Mathieu avait choisi la première solution, Stéphane était venu avec son objectif et en observateur tout en connaissant quelques nouvelles sur la vainqueuse de Sierre-Zinal, et moi, une préférence pour la 3ème solution, mais en ayant triché avec les papiers de Mathieu.

Bref, il va sans dire que dès le début de la balade, quand Maude commence à nous raconter son passé sportif, et surtout son panel de sports, tu te rends compte que tu es face à une extra terrestre, mais une extra terrestre humble.

Maude débute l’athlétisme à l’âge de 9 ans, en se  spécialisant dans lesaut à la perche à 14 ans et devient championne suisse junior en 2005 en sautant 3,40m. Perso, déjà là, elle m’a fait rêver. A 18ans, elle décide d’arrêter les compèts : “de belles années, bénéfiques pour la suite, mais je sentais que je manquais de vitesse pour mieux et plus progresser. “

Alors, elle retourne à ses premiers amours et  reprend  la course à pied, en partie en trail avce son mari.  2009, devient une année de victoires sur des courses connues, difficiles, et pas des moindres : le Trail des Allobroges ainsi que la Traversée du Trail Verbier St-Bernard.

Ah, les courses de montagne : son péché mignon ! 2011 encore une belle  année : 4ème Montreux-Les-Rochers-de-Naye, 1ère Les Plans-sur-Bex Cabane Plan Névé,  7ème à Sierre-Zinal et 1ère au kilomètre de la Fully. Les dossards portés à domicile remportent !

Maude a évolué et excellé aussi dans le ski alpinisme (Vainqueur de la Patrouille des glaciers 2014 et également 2ème au classement général de la Coupe du Monde de ski alpinisme 2014 et vice championne du monde sur l’individuelle en 2017) tout en étant en compétition  en course à pied. Pas évident, car cela occasionnait une bonne dose de travail et une impression de tout le temps devoir être prête, au taquet.

Après donc la naissance de son fils en 2016, un choix est fait :  se consacrer à la course en montagne. Sage décision puisqu’elle est aujourd’hui  triple championne d’Europe (2017, 2018 et 2019) et quintuple championne de Suisse (2013, 2014, 2017, 2018 et 2019).

2017, 2018, enchaînements de victoires au pays, avec des records à la clé. 

2019 une année époustouflante ! 

Maude  court et en plus pulvérise les records.

Premier record : Sierre-Zinal, à domicile, sur les terres suisse. Une course où elle a littéralement volée : 31 km (2100 m D+) en 2 h 49, pulvérisant de cinq minutes  le meilleur temps signé 11 ans plus tôt.

“Cette course est mythique. Gagner à domicile, devant ce public, c’est un pur bonheur. Se sentir portée par les gens. Et en plus, en raison de ma blessure, je n’étais pas dans l’optique de   faire une performance car mes entraînements s’étaient plus ou moins bien déroulés. Donc, c’est génial.

Deux semaines plus tard, elle réitèrela première marche du podium en gagnant  la Pikes Peak Marathon, au Colorado : un petit  42 km (2380 m D+) en 4 h 02. Elle met dans le vent le record de Megan Kimmel, avec près de  12 min 30 d’avance.

Et, c’est sans compter  une excellente  troisième place à la Dolomyths Run et pour la troisième fois consécutive victoire aux Championnats d’Europe de course en montagne à Zermatt, en Suisse.

Autant dire, que l’été réussit à Maude ! avec une entorse à la cheville…

Une blessure qui fait réfléchir :   “Prendre une pause, alterner différents sports est bénéfique et fait du bien. Autant au moral, qu’au physique. Il faut savoir varier : faire du vélo, du ski de fond, du renforcement, du yoga etc…. Les résultats viennent avec tous ces mélanges aussi. “

Quand on suit sa page Facebook aciduement, un petit récapitulatif annuel 2019 de ses entraînements et divers chiffres, nous rappelle que cette sportive a un calendrier bien rempli, sans compter sa vie privée, familiale, très importante dans son équilibre. 

“Quelques statistiques pour les curieux:
307 jours d’entraînements pour env. 511 heures, réparti à 55% en course à pied, 26% à vélo, 10% en force et le reste en vélo elliptique, ski alpinisme, ski-roue.
17 contrôles antidopage

Certains diront que je m’entraîne peu… et oui, mais pour moi, cela me convient !” 

Cette dernière phrase nous rend perplexe : “s’entraîner peu”, comme dire ? 

Quel est son principal objectif pour 2020 ?

Maude a des envies de Jeux Olympiques et Tokyo lui tend les bras. Pour cela ? Juste une petite qualification sur un marathon en 2h30 et cela devrait faire l’affaire. Son record ? “2h31 et des bricoles ou quelque chose comme cela…”  dira-telle(En effet, je suis allée vérifier de source sûre : je confirme que c’est une athlète extrêmement performante en course sur route puisqu’elle a remporté le marathon de Zurich, le 22 avril 2018, en 2 h 31’ 14’)

Verdict  baskets aux pieds le 23 février sur le Marathon de Séville, restez connecter !

Le Team SALOMON, Les Golden  Series

Il est son équipementier et dès cette année 2020, commen nous l’avions annoncé rapidement en Novembre, elle fait partie pour 2020 de l’équipe internationale. 

En discutant entre les vignes, ou les lignes,  nous interpellons Maude concernant le matériel le plus important : les baskets.  Pas facile de définir une paire particulière de prédilection pusique cela “dépend du terrain, de l’entrainement du jour.  Le maintien est surtout important”.  Et côté route, un petit faible pour les  SONIC RA Pro de part leur dynamisme et leur légèreté. A suivre sur Séville ? Comme explicité dans son portrait, elle a surtout aimé un prototype montagne recu en 2018, qui combine 2 sortes de chaussures… donc “introuvable en magasin.” Ah, Salomon, fort tout de même ! 

Côté ambiance, si nous pensions avoir des scoops sur les mythiques coéquipiers de Maude dans ce fameux Team Salomon, pas d’anecdotes particulières et nous n’étions pas là pour cela, non plus. Allez, entre nous, une équipe drôle, sympa, Kilian souriant et gentil et Thibo, bonnard !  Les Golden trail World Series surtout la phase finale au Népal, a été pour notre athlète Suisse,  une compétition prise à la cool, pour le plaisir, la découverte et sans pression. En tête chez les filles, au bout de 10km, avec un groupe d’hommes, ils se perdent ; certains décident de faire demi tour, pour retrouver le chemin,  Maude continue, retrouve le ravitaillement, 42km déjà dans les pattes, plus d’envie. Course terminée, disqualification mais voilà “un peu d”ambivalence, j’avais envie de bien finir au général, et en même temps, c’etait la fin de saison …ma foi, rétrogradée en 7ème postion, un new challenge 2020″.

Puis, annoncée comme la grande favorite aux championnats du monde de course en montagne longue distance 2019,  en Patagonie, elle peine à suivre le rythme dans les premiers kilomètres, puis n’ayant pas la force d’accélérer, préfère abandonner au 17ème kilomètre. Une déception certes, mais encore une belle expérience à son actif.

HUM, y’aurait-il un double plan pour 2020 ?

Tokyo et route et trail et Golden ? A suivre…. 

oui oui, un plan A et un plan B 

ESPRIT DE COMPÉTITION ? 

Forcément me direz-vous !

Taquiner et challenger avec d’autres sportives et sportifs met de l’huile sur le feu et donne de l’intensité. Donner le meilleur de soi-même alors pour batailler contre ses concurrentes. 

“Gagner une course, contre ou avec des filles qui ont un niveau équivalent ou peut-être meilleures que toi, c’est évidemment gratifiant et c’est bien de combattre. Mais, quand tu gagnes une course sans “adversaires de taille comme disent les médias”, tu  l’as quand même gagnée. Tu as fais le meilleur, tu as peut-être même fait un excellent temps et tu es satisfaite aussi. “

Et oui ! Pas faux : nombre de fois où l’on entend : euh normal qu’il ou elle a gagné, il n’y avait personne… … A bon entendeur…..

La journée découverte de cette sportive suisse romande se termine par un goûter chocolaté. Oui, oui, Maude ne fonctionne pas journalièrement sans ses 80 grammes minimum de CHOCOLAT ! La gourmande se fait remarquer sur les courses, rencontres ou stages auprès des autres sportifs : “tu ne fais pas attention, tu manges tout ça, tu reprends des desserts ? …”

Encore pendant une heure, les discussions sont allées bon train, sur la vie en général, des anecdotes, des rires. Un excellent moment familial avec ses enfants et son mari. Des instants que nous garderons pour nous dans nos têtes comme d’excellents souvenenirs en attendant les prochaines rencontres. 

Je vous invite à suivre Maude sur les réseaux sociaux : et ainsi partager son quotidien, d’une mère, femme et sportive. 

MERCI POUR CE BEAU MOMENT PARTAGÉ AVEC MAUDE, sa famille, MATHIEU mon collaborateur ET STEPHANE photographe d’un jour. 

SPONSORS : CAISSE D’EPARGNE Riviera, Villars (station), Robert Wehren SA et fils, Salomon TAG Heuer , Swisskryo Chablais-massages, Pharmalp SA, Claudia Bernasconi osthéopathie, Swiss AthleticsVolodalen et Dätwyler Sports

Rédaction et ITW : Carole PIPOLO et Mathieu LAMBERT

Photos : Daniel Mitchell pour TAG HAUER, Sébastien et FACEBOOK MAUDE MATHYS