Sélectionner une page

Connaissez-vous Sarah Verguet Moniz ?
Cette ancienne triathlète, championne du Monde de course à obstacles en 2016, s’est gentiment prêtée au jeu de nos questions !

Bonjour Sarah ,

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Pour compliquer le simple, je suis avant tout une franco-portugaise vivant dans le froid Canadien depuis 9 ans. Je suis très introvertie mais une fois la glace brisée, je suis très bavarde.

Depuis quand pratiquez vous le trail running ?
Je pratique le trail « à temps complet » depuis 2017.

Pratiquiez vous d’autres sports avant celui-ci ?
Dans ma jeunesse j’ai touché à beaucoup de sports, notamment le triathlon que j’ai pratiqué à niveau international. Sinon je suis aussi passée par l’orientation, les courses d’aventures (du type raid Gauloises) et les courses à obstacles.

Quel serait votre meilleur souvenir en course, jusqu’à présent ?
Tous sports confondus, je dirais un épisode survenu lors d’une course d’aventure au Brésil. Nous traversions un genre de marais en kayak quand nous avons été surpris par la descente des eau. Nous avons donc du pousser notre kayak dans de la boue pendant 2 heures… j’y ai perdu mes deux souliers! Bien qu’au début on ne trouvait pas ça drôle, on a fini par bien rire de la situation! Surtout que toutes les autres équipes étaient dans le même ‘bateau’.

Avez-vous un rituel lors des jours de course ? Un objet fétiche ?
Bon temps mauvais temps, je porte toujours une casquette.

Vous êtes actuellement en train de vous orienter vers une carrière de physiothérapeute.

 

Pourquoi ce changement de carrière professionnelle ?
J’ai étudié dans le domaine de la foresterie car j’ai toujours aimé le contact avec la nature mais en arrivant au Québec, les conditions de travail sur le terrain m’ont fait perdre le goût de la profession. J’étais une ingénieure plus axée terrain qu’ordinateur mais les températures hivernales ainsi que les centaines de mouches/moustiques pendant l’été m’ont fait perdre la flamme. J’ai ensuite mis à profit mes connaissances sportives en étant entraîneur dans une salle de sport pendant 4 ans et c’est de là qu’a surgit mon envie de devenir physiothérapeute.

 

Votre palmarès sur ces deux dernières années de trail est impressionnant :
En 2018 , vous remportez en féminine les 125Km de l’Ultra Trail Harricana au Canada, les 100Km du Québec Méga Trail, les 80 Km de “the North Face Endurance Challenge” de New York et terminez 4eme des 105Km de l’ultra trail du Beaufortain.
En 2019, vous remportez le Volvic Volcanic Expérience en Féminine (et 6eme au scratch) sur le 110Km ainsi que la Montagn’Hard début Juillet (avec une course réduite à 64Km au lieu de 110 en raison de risque d’orages) et le Trail des Hauts Forts (51Km) en Aout dernier. Vous terminez également 2eme du Trail des Crêtes du Chablais en Juin (sur le 53Km).

 

Pouvez-vous comparez le trail en France avec ce même sport au Canada et en particulier au Québec ?
Contrairement à la France où la pratique du trail est très ancrée, surtout dans les régions montagnardes, le trail au Québec est en pleine effervescence avec des courses qui commencent à se faire un nom à l’international, notamment le Québec Méga Trail et l’Ultra Trail Harricana. Bien que possédant beaucoup moins de dénivelé que les courses alpines, les courses que j’ai faites au Québec sont beaucoup plus techniques que tout ce que j’ai affronté en France jusqu’à maintenant – watch out les roches et les racines!

Y-a-t’ il le même engouement de part et d’autre de l’Atlantique pour ce sport Outdoor ?
De plus en plus oui! Mais le bassin de population étant tellement plus petit, les courses Québécoises n’attireront jamais le nombre de participants des courses Françaises! Il ne faut pas oublier que le Québec est 4x plus grand que la France mais compte une population de seulement 8 millions d’habitants!

Qu’aimez-vous particulièrement dans les trails français ?
Les montagnes, les montagnes et les montagnes! Ah, et les montagnes aussi !

Quels sont vos prochains objectifs pour la fin 2019 et l’année 2020 ?
J’ai décidé de clore ma saison 2019 avec un peu d’avance! J’ai eu un petit pépin de cheville en revenant (je me suis ‘enfargée’ dans une racine) et comme cela s’est produit peu avant ma dernière course de la saison, j’ai décidé d’arrêter ça là. Pour 2020, je ne suis pas encore rendue là ! j’aurais voulu me lancer dans les 220km de la VVX mais puisque l’organisation a avancé la course d’une semaine, cela tombe en plein milieu de ma période d’examen. Sinon, j’aimerais bien me lancer à l’assaut de la nouvelle course Ourea Xtrem à Avoriaz.

Pouvez-vous nous parlez de vos entraînements, et notamment de vos séances sur tapis durant l’hiver Canadien ?
Et oui, j’adore courir sur le tapis roulant. Honnêtement, parfois je préfère le tapis au dehors.  Bien que cela ne me permette pas d’améliorer mon point faible (mon côté technique est à travailler), cela me permet de garder une bonne vitesse de base tout l’hiver. Il me suffit juste d’avoir de la bonne musique et je peux partir pour un 2h de tapis après ça, c’est long, je vais l’avouer.  

Si vous pouviez rencontrer un traileur ou un sportif dont vous n’avez pas encore croisé la route, qui cela serait-il et qu’aimeriez-vous lui demander ?

Je dirais Xavier Thévenard. En plus de son amour pour la nature, c’est un des seul traileurs à l’international qui ne s’est pas encore totalement vendu aux réseaux sociaux. 

Et enfin, que peut-on vous souhaitez pour les années à venir ?
De la santé et de la joie de vivre!  

En vous remerciant infiniment du temps accordé à ces quelques questions.

C’est moi qui vous remercie!!!

Rédaction et Interview / Marie SERIN

Crédit photos / Sara 

Interview réalisée par Marie Cazelles Crédits photos : Sarah Verguet Moniz

Copyright © 2019 outdoorandnews.com. All Rights Reserved.