Sélectionner une page

Comment est né le MDS ?

 

Une drôle d’aventure suite à une traversée particulière ! 

 

28 ans, une envie de partir avec un sac à dos de 35 kg, et Patrick Bauer baroude donc pour 350 kilomètres. Il traverse ainsi la Sahara et en tombe amoureux. Cette expédition lui confirme l’envie de proposer un concept qui n’existait pas à l’époque ! «C’était un peu saugrenu. Dans mon sac à dos, j’avais des fruits secs, des dattes, un duvet de 4kg, Et je traînais un réservoir de 15 litres d’eau.» 

 

En 1986, très peu de courses existent. Un format précurseur était donc une évidence. 

 

Retrouver l’homme originel autour du feu avec ses compagnons.  On échange sous les étoiles. Tous ces rituels ancestraux si importants… ” Les yeux pétillants de Patrick en disent long avec ces mots. Sa bienveillance ressort.  

 

De là, naît le Marathon Des Sables, 23 concurrents, dont 1 femme. 

 

 

La notoriété de l’épreuve grandit, le mythe se forge. «Ce qui a donné ses lettres de noblesse à l’épreuve, c’est le patronage depuis 1996 du prince héritier du Maroc. Devenu roi, il a continué à nous soutenir

 

Malgré les galères − la guerre du Golfe, les crues et les inondations en 2004, l’épreuve n’a jamais été annulée en 29 ans. 

LE FUTUR  ? 

CONTINUER, OUI, mais pas question de sacrifier les valeurs initiales. Et Patrick Bauer tient à préserver l’esprit de la course : “je ne veux pas d’industrialisation ou on perdrait l’âme de la course et cela, c’est exclu.” 

Le MDS doit continuer de prôner des valeurs de respect, de solidarité et de bienveillance. Il est le lieu pour se retrouver entre amis. “du néophyte à l’athlète de haut niveau, on est dans l’authenticité et on retrouve le vrai soi, tel qu’on est.” Ce voyage intérieur, cette introspection est plein de révélations. La convivialité est aussi au centre. 

 

“Un bout de ton existence mise au grand jour”

Notre caravane, c’est, durant une semaine, une planète à part, loin des conflits, loin du train train quotidien. ” Chacun doit être bien dans ses baskets.  La Motivation  et les objectifs dépendent ! Certains courent 200km par semaine pour le top 10, en préparation, d’autres ont des moyennes de  50/60 km. Plein de paramètres entre en ligne de compte mais surtout, avoir le mental et la banane est le secret !  Avec l’envie,  on soulève des montagnes. Bien sur, la gestion est fondamentale.  

 

“On l’a fait et on est heureux de passer la banderole d’arrivée ! “

Des nouveautés au fil des ans, et pour cette année 2019 ? 

 

“Le circuit change oui sinon je n’aurais plus de raison d’aller chercher des cailloux dans le désert” 

LE MAROC ?

Pour l’économie locale de la région, c’est fondamental : tente, bivouac, l’intendance, la restauration etc… Ce rendez vous annuel est capital.  Si on quantifie : c’ est à peu près 2 millions d’euros et ça nourrit du monde. 

Mais le plus important et magique reste ce respect, cette amitié et cette complicité depuis plus de 34 ans.” 

Cette dernière phrase résume tout. 

Pour ce 34ème MARATHON DES SABLES, les valeurs se perpétuent.  

LONGUE vie à cette épreuve MYTHIQUE 

 

Rédaction : Carole PIPOLO

Photos : Marta BACARDIT

Copyright © 2019 outdoorandnews.com. All Rights Reserved. 

Abonnez-vous à Outdoor And News !

Inscrivez-vous à la newsletter !

You have Successfully Subscribed!