Sélectionner une page

1. Tu as vécu ta première expérience de course sur sable au Perou, tu as signé 4 mois plus tard pour aller au Maroc, pourquoi ?

Oui, le Pérou était ma première expérience de course en étapes et de course sur sable, je n’avais jamais couru dans le sable avant ça et ça m’a vraiment plu, c’est totalement différent, c’est plus une aventure qu’une course. C’était le timing parfait pour m’entrainer, je l’ai envisagé plus comme un entrainement, ça sera ma seconde expérience de course sur sable et je serai donc un peu mieux préparé, je ne suis pas focalisé sur le résultat et mon classement, je vais le vivre comme une opportunité de m’échapper du quotidien et l’utiliser comme préparation pour les prochaines courses.

2. Tu vas revoir les coureurs Elmorabity et Remigio ! Qu’attends-tu de cette course ? Une revanche ? Quels sont tes objectifs ?

Vivre une nouvelle aventure, découvrir un pays (je ne suis jamais allé au Maroc), faire des rencontres, notamment de coureurs qui ont l’habitude des courses sur sable, car on n’a pas forcément l’occasion de les rencontrer sur d’autres types de courses.

Non, pas de revanche vis à vis d’Elmorabity ou Remigio qui eux vont chercher le podium, je vise le top 10, mais mon objectif est de terminer la course, courir le plus vite possible, ne pas me blesser ou souffrir, bref : de prendre du plaisir sur le sable

3. Comment t’es-tu préparé ?

J’avais une course en Chine pour laquelle j’avais une préparation très spécifique et planifiée, du coup, suite à cette course là, je n’ai rien fait de précis, je me suis gardé du temps pour récupérer de la Chine, ensuite quelques sorties légères, et je devais garder du temps avant le départ pour faire du jus, j’ai beaucoup donné en Chine, il fallait que je me repose, donc je ne sais pas trop ce que ça va donner, mais dans tous les cas, cette course fera partie de mon entrainement global.

4. Maintenant tu sais comment préparer ton sac, sera-t-il plus léger qu’au Pérou ?

C’est au Pérou que j’ai appris toute l’importance du poids du sac lors d’une course en auto suffisance ! J’ai longuement réfléchi à ce que je devais prendre et ce que je pouvais laisser, car l’important est d’être au plus léger, mais je ne veux pas avoir faim, donc j’ai décidé de prendre beaucoup de nourriture, peut-être plus que d’autres coureurs, si j’avais couru pour le podium, j’aurais certainement sacrifié de la nourriture pour m’alléger, quitte à avoir faim, mais ce n’est pas le cas donc je veux manger à ma faim ! Je vais combiner deux camelback en un, c’est une première pour moi,

Copyright © 2018 outdoorandnews.com. All Rights Reserved. 

Abonnez-vous à Outdoor And News !

Inscrivez-vous à la newsletter !

You have Successfully Subscribed!