Sélectionner une page

J’aime le désert. J’aime m’entraîner et courir dans le désert. Le désert vous entre à l’intérieur. Seuls ceux qui l’ont vécu peuvent le comprendre. Un peu comme le “Mal d’Afrique”. Et grâce à la vie à Dubaï, je peux passer beaucoup de temps dans mes dunes. Depuis que j’ai parcouru mes 42 premiers kilomètres dans le désert, quelque chose a changé en moi, dans ma façon d’aborder la course et le sport en général. Chaque fois que je peux aller m’entraîner dans cet environnement, souvent la nuit (pas seulement pour la chaleur mais aussi pour la vivre différemment), j’en profite.

Le coucher de soleil est mon moment préféré car cela me donne l’opportunité de vivre les deux phases et la transition relative. En plus, cela me donne l’opportunité de m’arrêter après l’entraînement et d’allumer un feu et de me relaxer en totale symbiose avec la nature.

Je n’ai pas besoin de raisons pour aller courir dans le désert, mais avoir une “excuse” me donne l’opportunité de le faire une fois de plus : amener un ami qui n’est jamais parti, prendre des photos ou, comme cette fois Testez de nouveaux équipements grâce à Carole Pipolo de Outdoor and News et d’Instinct Trail.

Un jour, Carole m’appelle et m’avertit : “j’ai du matériel à te faire tester”. Après quelques jours, le colis arrive, que j’ouvre immédiatement avec Willy, qui ne résiste pas à la tentation d’essayer le matériel devant moi …

APPARTEE SUR L’EQUIPEMENT : 

Quand j’ai abordé la course dans le désert, c’était un moment où j’avais un œil sur le triathlon et l’OCR (courses de parcours d’obstacles), comme le Desert Warrior Challenge et la Spartan Race. Une attention particulière a donc été portée aux vêtements techniques, notamment au triathlon. Et en fait, même lors de mon premier test de 42 km dans le désert, j’étais arrivé avec un équipement suivant :

“short de triahlon (pratique pour les poches derrière), des chaussures de marathon, bandanas différents pour la protection, élastique au  bandana pour protéger éventuellement le nez et la bouche en cas de tempête, T-shirt manches longues, pantalon avec élastique et long en  utilisant la première partie pour éviter les brûlures (les noirs, parce qu’ils étaient les seuls que j’avais), 4 gel, abricots secs, 6 petites bouteilles d’eau, une chemise à manches longues pour le froid nocturne, des lunettes de soleil, un écran solaire, un change pour l’après-course, un keffiah (toujours utile), une serviette de plage. “

Toujours cité de l’article précédent

Dès que je pars telle une gazelle … de l’adrénaline à mille. Au lieu de cela, il m’a fallu moins de 1 km pour comprendre que les vêtements étaient incomplets.

Au fil du temps, j’ai appris à revenir à l’état “primitif” de la course, en donnant moins d’importance et en faisant sans les accessoires qui, s’ils étaient oubliés ou détériorés pendant le voyage, vous mettaient en crise. J’ai réduit le matériel à l’essentiel. Le camel bak n’était plus bon parce que j’ai appris combien il était important de toujours voir la ration d’eau restante. J’ai donc commencé à faire des exercices avec de longs vêtements pour éviter les brûlures, mais confortables ; ne pas regarder la marque mais la cohérence de l’équipement.

Après un moment, j’ai commencé à inclure dans mes objectifs des longues courses dans d’autres environnements plus ou moins extrêmes, comme les sentiers de montagne : l’expérience absolue, le Cortina Trail (47 km), certainement pas le plus facile. Mais avec un panorama qui fait de cette course encore ma préférée. Ici vous ne pouvez pas vous passer de  (tant pour la régulation si vous ne courez pas seul, que pour votre sécurité) de certains accessoires.

Je suis donc naturellement parvenu à un compromis entre les deux extrêmes. Vêtements techniques (si nécessaire) mais toujours avec un esprit d’adaptation orienté pour tirer le meilleur parti de ce que vous avez. Le sac à dos porte bouteilles (transparentes autant que possible, pour toujours voir combien d’eau vous avez), a remplacé le camelbak, et ainsi de suite.

Aujourd’hui, j’ai eu l’occasion de tester le matériel au cours de ma formation à Al Qudra (région de Dubaï encore semi-désertique où souvent je vais pour mes séances d’entraînement), en particulier : t-shirt et un short en tissu technique, sac à dos porte bouteilles d’eau et un  chapeau. Du matériel absolument fantastique, en particulier le T-shirt qui a également des compartiments sur les manches aux épaules. En général, même lorsque je cours dans le désert pendant plusieurs heures pendant la journée et que je dois porter des T-shirts confortables à manches longues, j’ai tendance à avoir un t-shirt technique en dessous.

Même le sac à dos, je l’ai trouvé particulièrement à l’aise. Bien que pour les courses courtes, j’ai tendance à aller même sans rien, peut-être en portant une seule bouteille d’eau ou un flacon, je vais certainement l’essayer lors d’une longue course, grâce aux différents compartiments.

Je n’aime pas les chapeaux, je dois l’admettre, ils me font surchauffer la tête ; donc, ayant essayé cela dans le désert, je regrette un peu mon guthra … mais le tissu technique aide certainement.  Alors que le short court avec ses compartiments a eu une excellente performance. Quand je cours dans la journée dans le désert et que je dois mettre des pantalons longs et confortables, j’ai tendance à mettre un short court en dessous, pour éviter un frottement excessif du tissu sur la peau.

Maintenant je suis curieux d’essayer le même matériel dans les montagnes … mais pour l’instant … j’arrête d’écrire et j’apprécie mon feu et le toit des étoiles.

Copyright © 2018 outdoorandnews.com. All Rights Reserved. 

Abonnez-vous à Outdoor And News !

Inscrivez-vous à la newsletter !

You have Successfully Subscribed!